Robodrigue, 25/02/2009 [FAS - Rencontres]
writing a term paper

p>(Cet article est la suite et la fin d’un récit entamé ici)

flagyl gel

J’avais un message en attente; pendant ma mise hors fonction, la base a communiqué avec moi :

Bip. Connexion rétablie. Bip. L’amour! L’arme fatale! Bip. Mettez de l’huile, camarade androdrigue, sinon, vous êtes foutu! Brzzzip. Ondes brouillées. Brrrrrzzzzzzzzziiiiiiiiiippp…

- Mysterious

On avait réparé mes jambes, mais mon bras gauche était je ne sais où. Je regardai autour de moi; j’étais toujours dans le désert, des dunes à perte de vue. C’était toujours la nuit, mon horloge interne m’indiquait que deux seules heures s’étaient déroulées depuis l’affrontement. J’étais seul, impossible de me lever; mes jambes, bien que réparées, étaient débranchées de mon processeur. Mais si on avait réparé mes jambes, il était clair qu’on avait des plans pour moi et j’étais prêt à parier que ça n’incluait pas une pute… à ma grande déception.

Mais qu’avait bien voulu dire Mysterious avec son message? Comment avait-il été mis au courant qu’on m’avait tendu un piège? Je regardais les étoiles à l’horizon je me disais que l’un de ces points lumineux devait être Gigapole qui, dans cette nuit maudite, se confondait parmi les étoiles. Pour la première fois, mon cœur de robot cherchait le réconfort et l’image qui m’apparut fut la racoleuse morte quelques heures plus tôt… le cerveau brûlé par l’alcool à bois, elle était devenue complètement folle, elle s’arrachait les cheveux et les mangeait, elle courait dénudée dans le désert, elle faisait des choses indicibles… mais elle m’avait séduit, surtout dans les dernières minutes alors qu’elle ne faisait qu’un long glougloutement sans fin.

Alors que je rêvais d’une nuit d’amour, deux silhouettes commencèrent à se former dans la noirceur de la nuit, elles n’étaient pas très loin, mais on n’y voyait rien. Que le grand cric me croque! C’était la pute et le modérobot! Mois qui venais de parier le contraire!

Je regardai autour de moi si quelqu’un m’avait entendu -, un vieux réflexe de gambler – et j’aperçus une canne d’huile posée à côté de moi, sûrement qu’on l’avait utilisée pour réparer mes jambes. Mais qu’est-ce que cette salope pouvait bien faire, vivante, avec ce robot.

- Robodrigue, qu’elle dit, j’imagine que vous vous demandez ce qui se passe? Je ne suis pas qu’une simple prostituée à moitié folle, je suis aussi très dangereuse.

Le modérobot s’avança vers moi et les paroles de Mysterious me revinrent à l’esprit « Mettez de l’huile, camarade androdrigue, sinon, vous êtes foutu! », j’essayais d’agripper la canne d’huile pour la lancer sur la brute, mais du bout des doigts je n’arrivais qu’à la renverser sur le sol où l’huile se répandit.

-Voyez-vous, vous n’êtes qu’un buy generic viagra online pion dans un grand jeu d’échecs, dit la pute. Nous vous avons utilisé; grâce à vos informations nous avons tendu un piège aux membres du FAS! ils sont tous en route pour venir vous chercher dans ce désert fatal! Malheureusement, une énorme pétoire à lapin les y attend.

Elle pointa au loin un énorme canon que je n’avais pas vu jusque-là, assez gros pour détruire les Annales d’un seul coup. Cette fois, mes excès n’avaient pas seulement mis en péril ma vie seule, mais l’existence même du FAS. Je devais m’en sortir et empêcher la petite prostituée d’accomplir son sombre dessein.

-Je croyais pouvoir vous utiliser, mais mes plans ont changé. Bruno! dit-elle au Robot, détruit Robodrigue immédiatement!

Le modérobot s’approcha pour se pencher vers moi dans toute la froideur que je lui avais connue jusqu’alors. Il m’agrippa par le cou et me souleva de terre.

-C’est la fin mon doux amant, avez-vous un dernier souhait?

-Non, si ce n’est de revivre cette nuit dans le désert à vos côtés.

Elle se mordit la lèvre et détourna le regard, c’était le signe pour Bruno. Le robot fit un pas par derrière pour prendre son élan et m’écraser le crâne d’un seul coup de poing. Son pied se posa directement dans la flaque d’huile, il glissa et se ramassa sur le dos avec moi par-dessus. Ni une, ni deux, je lui enfonçai mon seul bras pour lui défoncer la cage thoracique et agripper son processeur central, ses yeux aux plasmas m’imploraient, les miens exprimaient la satisfaction, j’approchai mon visage du sien pour pouvoir regarder ses yeux de près :

-Yipicaille pauvre merde!

D’un seul coup ma main broyait son processeur, provoquant une explosion qui me projeta à quelques mètres de là. Le brouillage était terminé, je remis mes jambes en état de marche grâce à la fonction blue-tooth. Je me levai dans la fumée de l’explosion pour me diriger vers la tapineuse.

La petite guenon pointait un pistolaser en ma direction en me sommant de reculer, comme je n’obtempérais pas, elle fit feu à plusieurs reprises; désolé poupée, mais il faut plus que ce joujou pour arrêter Robodrigue. Je continuai mon chemin vers elle alors que les rayons laser effleuraient à peine mon armure. Je lui arrachai finalement l’arme et serrai la petite mignonne dans mon bras où elle éclata en sanglots:

- Moi aussi je vous aime Robodrigue, mais nous vivons dans un monde où notre race a de plus grands desseins que ceux de l’amour. Si j’étais née femme et vous homme nous aurions pu nous aimer, mais les androdrigues de notre espèce sont occupés à servir les passions de l’homme!

Ainsi donc, elle était une androdrigue également. Je la regardai et me dit que c’était trop con qu’on ne puisse vivre cet amour brutal, mais si Zepoulpe ou Mysterious apprenait son existence, ils la détruiraient et me demanderaient de rendre des comptes. Je glissai ma main dans son entrejambe et en éjectai sa carte mémoire… sans souvenir elle resta prise dans cet état à mi-chemin entre la surprise de ma tendresse et le déchirement de l’amour impossible, mais ce n’étais qu’une fonction; j’enlignai mon canon en sa direction et fit feu.

Le soleil se leva et découvrit une envolée de zepoulpes sauvages; je voyais Gigapole à l’horizon:

-J’ai gardé ta mémoire dans mon cœur et, ma mignonne, un jour tu m’aimeras mais d’ici là le FAS vaincra!

Fin

Share on Facebook Comments (4)
  • Ping by Les Annales du FAS » Robot contre Robot, 25/02/2009:
  • [...] À suivre [...]

  • Comment by Zepoulpe, 25/02/2009:
  • Yeah… We want more !

  • Comment by Bébé astronaute, 25/02/2009:
  • Chose certaine, cette pute androdrigue valait mieux que Fadiga Miriam.

  • Comment by Mysterious, 26/02/2009:
  • Mon cher et tendre Robodrigue, pouvez-vous me ramener un de ces fameux zepoulpes sauvages de l’espace ? J’aimerais bien y goûter.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.